La Tanzanie, territoire ouvert largement préservé de l’influence humaine

Nous pensions qu’il serait plus difficile de retourner en Afrique après l’épidémie liée au Covid-19. Finalement, il semble que certains pays souhaitent rouvrir leur espace aérien à l’international et profiter d’un nouvel élan touristique, sans restrictions particulières mais dans le respect des gestes barrières. C’est le cas par exemple de la Tanzanie, dont la partie continentale est ouverte depuis le 18 Mai 2020. L’occasion d’établir un Visa, notamment par biais électronique ! Mais aussi via des agences qui peuvent s'en charger comme Action Visas.



Comment partir en Tanzanie ?

La Tanzanie est réellement une destination que nous avions envie d’explorer depuis longtemps. Pour s’y rendre, il faut compter environ une dizaine d’heures depuis Paris, pour un budget moyen de 850 euros. Les trois aéroports principaux sont, à notre connaissance, Dar es-Salaam, la plus grande structure de la région, l’aéroport Kilimanjaro (Moshi/Arusha) et Zanzibar. La compagnie Air-France / KM propose régulièrement des liaisons vers les deux premiers sites. Pour se rendre en Tanzanie, nous savions qu’il était impératif de choisir la bonne période afin de réserver un vol dans les meilleures conditions et au meilleur tarif. L’obtention d’un visage est ici un indispensable : un visa Tourisme (L) permet généralement de demeurer 3 mois sur place, à compter de la date d’entrée dans le pays.

Nos coups de cœur en Tanzanie

Il nous semble inenvisageable de voyager en Tanzanie sans effectuer un détour du côté du Kilimandjaro. Ce sommet, connu comme « le toit de l’Afrique » représente le plus haut sommet du continent, culminant à près de 5896 mètres. Nous avons tenté l’aventure de l’ascension, par le biais de la voie Machame. Cette voie d’accès est sans aucun doute la plus populaire auprès des randonneurs, car elle permet de travers de beaux environnements naturels, avec une bonne acclimatation. Le parc national du Serengeti constitue également une référence mondiale en termes de réserve animalière. Nous y avons rencontré une nature abondante, sur près de 14 000 m².

Une gastronomie particulièrement diversifiée

Lors de notre arrivée sur place, nous avons été étonnés de voir une grande variété de plats, avec une forte dominante internationale – autrement dit, une cuisine peu épicée, destinée essentiellement à attirer un public de touristes. Nous avons donc pu savourer des plats à base de viande, poulet, poisson et crudités. Nous pouvions nourrir quelques doutes sur les produits de la mer, mais il s’avère que la plupart étaient bien frais, succulents et présentés à des prix raisonnables. Nous conseillons donc sans à priori la dégustation des langoustes, poulpes, cigales de mer et autres crabes. Du côté des plats traditionnels, nous avons pu également découvrir l’ugali, spécialité à base de farine de mil servie avec des légumes, de la viande ou du poisson.

Les moyens de transports sur place

Pour découvrir la Tanzanie de la manière la plus authentique possible, rien de mieux que d’emprunter un véhicule de tourisme. Dès que l’occasion s’est présentée à nous, nous avons délaissé les grands axes routiers bitumés pour rejoindre les pistes en terre rouge, à travers les parcs et réserves. Ces routes sont généralement en très bon état. Nous avons ainsi pu profiter d’un véhicule de location de type 4X4, indispensable pour circuler librement dans la région. Ces véhicules sont généralement accessibles auprès des principales infrastructures aéroportuaires du pays. La présentation de notre permis international ainsi que de notre passeport était ici une obligation. Détail amusant : on nous a vivement déconseillé dès le départ de notre périple d’emprunter les services d’un « Dala-Dala » : sorte de transport bon marché ressemblant à une petite camionnette, ils peuvent se révéler dangereux à cause de la conduite sportive des chauffeurs.